Site emblématique de Saint-Germain-en-Laye, le Château-Vieux, incarne 1000 ans d’Histoire de France

Aidez-nous à améliorer le site Internet de Saint-Germain-en-Laye Tourisme. Prenez quelques instants pour répondre au questionnaire de satisfaction.

ATTENTION : La Chapelle sera fermée à compter du 18 septembre pour une durée d'un an en raison de travaux.

 

S’il renferme aujourd’hui l’une des plus prestigieuses collections archéologiques d’Europe, les traces de son passé de résidence royale sont très présentes. Dès l’entrée, de la cour intérieure à la chapelle vous irez de surprise en surprise.

Une première construction au Moyen-âge

A 25 min de Paris, en sortant du RER,  vous serez saisis par l’élégante silhouette Renaissance de ce château, en plein cœur de ville.

C’est Louis VI le Gros qui  construit en 1124 le premier château fort sur le plateau de Laye couvert de forêts.

Louis IX, dit Saint-Louis, l’agrandit et, entre 1230 et 1238, y ajoute une chapelle dont le style préfigure celui de la Sainte-Chapelle de Paris. Bien des baptêmes et mariages royaux s’y dérouleront.

En 1346, le château est incendié durant la guerre de Cent Ans et il faut attendre Charles V pour qu’une deuxième construction, de forme pentagonale, voit le jour.

Le château Renaissance de François Ier

C’est François Ier qui, ajoutant la brique à la pierre, fait bâtir le château Renaissance tel que vous le découvrez aujourd’hui. Et c’est dans la chapelle palatine qu’il s’unit le 18 mai 1514 à Claude de France.

Les travaux menés par l’architecte, Pierre Chambiges se poursuivent sous Henri II jusqu’à ce que ce-dernier décide la construction du Château-Neuf, qui sera habitable en 1603, au bout de l’actuelle terrasse, qui surplombe la Seine.

Henri IV et Louis XIII y séjournent, Louis XIV y naît et y passe toute son enfance. Aujourd’hui, seul subsiste de cette somptueuse résidence royale dont les jardins s’étageaient en terrasses jusqu’à la Seine, le pavillon où a été ondoyé le futur Roi Soleil ainsi que la Rampe des Grottes et le Mur des Lions.

La résidence principale de Louis XIV avant Versailles

Le Château-Neuf vieillissant mal, l’année 1660 signe la réinstallation de la Cour au Château-Vieux. Elle y est à l’étroit et Jules-Hardouin Mansart se voit confier un projet d’agrandissement. Durant les vingt années qui suivent, Saint-Germain sera la résidence principale de Louis XIV. S’y sentant en sécurité, il bâtit son projet politique et s‘adonne aux loisirs d’un monarque : chasse, danse, théâtre, ballet. Le Nôtre, Lully, Molière sont au service de sa majesté. Mais le 20 avril 1682, la cour quitte définitivement Saint-Germain pour Versailles.

En 1689, le château accueille encore un résident prestigieux : Jacques II Stuart, cousin de Louis XIV et roi d’Angleterre en exil.

Et c’est finalement Napoléon III, passionné d’archéologie gauloise, qui décide d’y créer en 1862 le « Musée des Antiquités celtiques et gallo-romaines ». La restauration est assurée par Eugène Millet, élève de Viollet-le-Duc.

Le musée d'Archéologie nationale

Aujourd’hui, les anciennes salles du château sont des salles d’exposition de collections archéologiques parmi les plus riches au monde. Le musée d’Archéologie nationale, ainsi nommé depuis 2005, présente également des expositions temporaires thématiques.

A vous d’ouvrir le grand livre de l’histoire de Saint-Germain en franchissant le porche de l’une des plus belles cours de la Renaissance aujourd’hui encore visible. Un subterfuge en « trompe l’œil » s’offre aux yeux des visiteurs les plus avisés, il ne vous reste plus qu’à le trouver…

Et en pénétrant dans la chapelle palatine de style gothique rayonnant, le plus ancien bâtiment conservé, levez la tête, admirez les angles des croisées d’ogives décorés de sept têtes en ronde bosse, amusez-vous à retrouver celle de Saint Louis…

 

En savoir plus